Winshoten – Nordstrand

Nous voilà à Winshoten pour récupérer cartes, lentilles de contact, morceaux d’arceau pour la tente et bouquins en poste restante. Première contrariété, la poste dont nous avions donné l’adresse est fermée depuis 2 mois. Un panneau devant envoie vers une autre poste, pas de problème, nous y allons. Deuxième contrariété, pas de paquet nous attendant dans cette poste. Après des recherches via internet, et mamans Mallard et Brabant, nous apprenons que un des paquets est reparti et que l’autre a bien été livré dans ce second bureau et réceptionné par Isle. Nous y retournons et trouvons Isle, pas fute fute qui a retourné le colis car elle ne connaissait pas de Mallard, ni la poste restante !!! Bref, en abrégeant nous sommes restés 3 jours à Winshoten pour récupérer des paquets que nous n’avons jamais eus. Nous repartons donc vers l’Allemagne en ayant retrouvé une nouvelle adresse de poste restante pour faire un renvoi des paquets, cette fois merci grand Léo. La météo nous annonce de la pluie pour toute la semaine, au moins nous sommes prévenus.

La ville n’est pas notre environnement favori. Avec tout notre équipement (tentes, chaussures de rando, matériel de cuisine…), autant nous sommes les rois du monde en bivouac dans notre bout de champ paumé dans la campagne, autant nous nous sentons lourds, patauds, pas à notre place au milieu des gens et de la circulation, dans nos habits un peu crasseux et avec nos cheveux mal coiffés.

Le passage de la frontière entre l’Allemagne et les Pays Bas est juste marquée par la fin de la piste cyclable, qui s’arrête net au milieu de la route ! Par la suite les pistes s’avèrent souvent présentes, mais généralement moins bien entretenues et surtout beaucoup moins utilisées qu’en Belgique et aux Pays-Bas. Le vélo n’est plus identitaire, la voiture reprend sa place, ce qui change l’ambiance en ville et en dehors. Rouler en vélo est quand même beaucoup plus facile qu’en France, tant en ce qui concerne les aménagements que le comportement des automobilistes. Détail surprenant, on voit beaucoup de casques sur les têtes (des cyclistes), alors qu’aux Pays-Bas c’était bien le dernier accessoire qu’on trouvait chez les marchands de vélos.

Toujours des drapeaux devant les maisons, peut-être un peu moins quand même qu’aux Pays-Bas, par contre beaucoup de voitures sont affublées d’autocollants aux couleurs de l’Allemagne, de petits drapeaux accrochés à la vitre… Devant les maisons, plus de cigognes et panneaux avec les prénoms des nouveaux nés, mais de grands cœurs avec des chiffres au milieu annonçant l’anniversaire de mariage, voire un anniversaire tout court. Nous retrouvons les mots d’Allemand pour nous faire comprendre, et c’est tant mieux car l’anglais est beaucoup moins connu que chez les Néerlandais.

Au nord-ouest de l’Allemagne, la campagne se fait plus bocagère, moins systématiquement marquée par l’emprise de l’homme. Nous nous remettons donc avec bonheur au bivouac « sauvage » (mais généralement en ayant pris la peine de demander), en alternance avec les campings, moins nombreux qu’aux Pays-Bas. Entre Itzehoe et Husum, nous traversons même une vaste zone assez déserte et vallonnée de champs, de bois et de marais.

Weather-Online n’avait pas menti, il pleut toute la semaine. Mais, jamais au montage ou démontage de la tente, ni pendant les pauses et très rarement dans la journée mais plutôt la nuit.

A Hahn, nous arrivons dans un grand camping atypique, ancien centre pour les tuberculeux, puis centre militaire de la marine. Au milieu de la forêt, avec des bâtiments un peu humides et sentant franchement le renfermé. Mais accueillant, tranquille et finalement très sympa. D’autres campings originaux suivent : un tout petit, réservé aux vélos, avec cette fois une cabane à disposition des enfants, et des bières et glaces à disposition au frigo. Nous (adultes) préférons la tente. Le tout dans un centre équestre avec un propriétaire d’une grande gentillesse nous proposant de disposer de sa maison comme de la  nôtre. Un autre jour encore, par facilité et vu l’heure avancée, nous nous arrêtons dans un camping à caravanes « pourri »… mais extraordinaire ! Il est situé juste en bordure du canal de la mer du Nord à la Manche et l’on voit passer au dessus des petits toits blancs les énormes infrastructures des porte-conteneurs et autres gros bateaux.

Au cours d’une de ces nuits, les aventures de Lila continuent puisqu’en glissant au bord de la tente et alors qu’il pleuvait vraiment fort, elle se réveille le duvet mouillé. Après avoir vérifié qu’elle n’avait pas fait pipi au lit, elle nous appelle pour qu’on vienne gérer. Il est 4 heures du matin, il fait jour et il pleut dehors ! Finalement nous dormirons tous les trois dans notre tente, Léo comme un roi tout seul au milieu dans la sienne, de son avis, sa meilleure nuit depuis le début !

Par endroits, en l’absence de vent, les medgees apparaissent le soir vers 9h, une bonne demi-heure avant le coucher du soleil. Assez vite, rester dehors sans protection devient très inconfortable, sauf à se déplacer en permanence. Elles nous attendent aussi le matin, tant que le jour n’est pas suffisant.

Dans cette zone rurale, nous trouvons assez peu de commerces, et surtout des petits supermarchés discount genre Aldi ou Netto… Pas toujours facile de varier les menus ni de tester les spécialités locales. Les bières que l’on trouve sont plutôt lavasse (et pas de Kriek !). Ah si, le pain, notamment le Volkorn Brot à la farine de seigle et diverses céréales, coupé en minces tranches, très foncé et tellement lourd qu’il tombe directement au fond du bol du matin : un délice !

Nos aventures avec la poste restante continuent puisque la poste allemande refuse les paquets (ne prend que les lettres) et que c’est justement ce que l’on nous avait envoyé ! Ce sera à ce jour le plus gros point noir de notre balade (c’est dire) ! Tout cela est vite oublié après avoir écumé tous  les opticiens de la ville et trouvé des lentilles pour Pascal et racheté les cartes qui nous manquaient.

Juste après Itzehoe, nous trouvons de nouveau un camping atypique… naturiste ! Heureusement il faisait froid et nous n’avons pas eu besoin de nous déshabiller de trop, seule les douches communes et sans porte ni rideau ne nous ont pas trop laissé le choix quant à une éventuelle pudeur.

Aujourd’hui 19 juin, nous sommes au bord de la mer depuis 3 jours, il pleut, le vent est violent (rafales à huit) et Pascal est couché, son dos rechignant quelque peu (ça va mieux, nous devrions pouvoir repartir demain)… Nous venons de manger dans un petit restaurant, du poisson et des röstis, très bon. C’est marrant de commander des trucs sur une carte en faisant plouf plouf, et d’avoir la surprise une fois que l’assiette arrive. Nous n’avons encore jamais été déçus.

Les dernières photos sur Picasa

11 Réponses to “Winshoten – Nordstrand”

  1. Céline Says:

    Hello,
    Alors, avez-vous eu les oreilles qui sifflaient samedi dernier 19/6??? Pendant que vous alimentiez votre site, avec de la pluie et du vent violent, vous étions une petite troupe (13 exactement + deux accompagnants très sympas) à faire du kayak à Loguivy sous un soleil de plomb et sans un brin de brise!!! Le pique-nique a été l’occasion de parler de votre périple si impressionant. En tout cas, la journée était excellente et notre reporter photographe Pascal (qui a pris un sacré coup de soleil sur le visage – même s’il essaie de nous dire « non, non, j’ai bronzé! ») doit vous envoyer des photos prochainement. On a donc beaucoup pensé à vous ce WE. Sinon, j’espère que le dos de Pascal va s’arranger rapidement. Profitez à fond de votre séjour. Bises à tous les quatre.

  2. Manoune Says:

    Contents de lire de vos nouvelles, et bien sûr de regarder les photos superbes. Les enfants sont beaux (vous aussi, allez!, même avec la coupe allemande), ils ont l’air heureux, et nous, les vieux, nous sommes tout fondants…
    (Je crois que Céline (ci-dessus) idéalise un peu, ou alors le climat à Loguivy n’est pas le même qu’à Rennes : samedi, c’était vent du nord et 16° max …)

  3. Isabelle Z Says:

    (Je suis une collègue de Pascal à l’INERIS) Je suis ravie d’avoir de vos nouvelles, je vais parcourir le blog consciencieusement, je suis contente que vous ayez eu le courage de faire cette expérience, moi je suis beaucoup plus plan-plan mais je voyage quand même, là je reviens du Japon et si c’était moins dur que votre expérience, c’est tout aussi dépaysant ! Bonne continuation !

  4. Manoune Says:

    J’oubliais: les colis marchent mieux dans ce sens-là : le vôtre est arrivé aujourd’hui.

  5. Guy Says:

    Coureurs de chemins discrets, explorateurs de l’Europe, poètes à vélo, cavaliers de cheval-qui-ne-mange-pas-d’avoine,

    Votre carnet de voyage et vos jolies plumes nous font pousser des ailes. Nous survolons votre parcours et nous nous émerveillons à vos lectures et à vos images. Nous vous accompagnons sur votre « bicyclette », « cheval du pauvre » ou « cadre à frissons »… parfois « monture à chagrin » quand la bête vous jette à terre…

    Les identités diverses des pays traversés et les spécificités vous interpellent avec enthousiasme ou scepticisme. Cela me rappelle qu’au siècle dernier… en 1990, sur une période de 5 semaines, Véro et moi avons parcouru (en voiture…) les villes européennes jumelées avec Rennes pour réaliser 5 reportages : Cork (Irlande), Exeter (Grande-Bretagne), Leuven (Belgique), Erlangen (Allemagne), Brno (Tchécoslovaquie à l’époque). Ces traits de caractères des pays traversés, si semblables et pourtant si différents, entre clichés et réalités, nous avaient beaucoup amusé.

    Tels des Bernard Moitessier, je vous imagine alors que vous êtes en tête de la course (4 maillots jaunes fluos tout de même !…), renoncer à couper la ligne d’arrivée, et continuer, comme des nomades que vous seriez devenus.

    Bonne route et continuez à faire de belles rencontres !
    Guy

  6. Camille Says:

    Merci pour ces nouvelles dépaysantes.

    Mais qui écrit si bien ? Je ne suis pas sûre de reconnaître le ton d’Anne plus que de Pascal (et inversement).

    Bises,

    Camille

    PS : On peut avoir des photos du camping naturiste ?

    PS2: Guy, ça fait du bien de te lire. Je ne te connaissais pas la plume si poète… c’est un plaisir de te lire toi aussi !

    • 9roueslibres Says:

      Pas de photos du camping naturistes, on préférait ne pas se faire remarquer !
      Le Guy que tu lis est Guy Lecointre…un kayakiste lui aussi
      Et quand au ton c’est une écriture à 4 mains et presque 2 cerveaux…
      Bisous

      • Véro Says:

        Coucou à vous

        C’est bien « Guy » qui écrit seul les petits mots, avec ses deux mains et son cerveau bien affûté. Il les soigne en secret et y prend beaucoup de plaisir. Il me les fait lire avant de les envoyer, en prenant des airs de conspirateur… je me borne donc au rôle (gratifiant) de première lectrice. Quand nous écrivons à deux, c’est signé « Véro et Guy »… et j’ai envoyé quelques rares messages « Véro » seule.

        Mais attention, maintenant, je suis en vacances ! Les quatre premiers jours étaient aux îles Chausey en kayak et en amoureux, exploration à la pagaie, à pied, discussion avec les voisins (une famille de goêls, un couple de voileux), sieste et glace, rédaction d’un mini journal sur le petit carnet offert par Anne il y a deux ans pour mon anniv’. Maintenant, j »ai le temps, vous allez peut-être avoir davantage de nouvelles de « Véro »

        Tenez vous le pour dit, bisous.

        Signé « Moi même »

      • 9roueslibres Says:

        Et bien nous t’attendons avec impatience…
        Bisous de Norvège ou nous rêvons de revenir avec un kayak, des bottes et une tente autoportable!

  7. Catherine Sellin Says:

    Bonjour à toute la famille Mallard-Brabant de la part du groupe de J.C Le Breton, bonne route à bientôt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :